Les Grandes Industries - La Parfumerie L.T. PIVER - 1867

326

LE MONDE ILLUSTRE                        

 Grandes industries française - PARFUMERIE : LA MAISON L.T. PIVER

 

Nous ne verrons pas le nom de M. Piver sur la liste des récompenses distribuées à l'exposition et cela pour une bonne raison : c'est que depuis longtemps M. Piver est hors concours et qu'il a reçu toutes les médailles possibles.

Le jury de l'Exposition universelle de Londres, en 1854 lui a décerné la prize Medal ; il a obtenu une médaille de première classe à l'exposition universelle de Paris en 1855 ; en juillet 1858, l'Empereur l'a choisi pour son fournisseur, en considération de la supériorité de ses produits ; en 1862, à l'Exposition de Londres, la prize Medal a encore été pour lui.

 Il ne lui reste rien à obtenir, et, dans ces circonstances, les jurys font très-bien de mettre des bornes à leurs largesses ; il ne faut pas décourager les autres. M. Piver a une supériorité reconnue, attestée ; il a maintenu haute et ferme la bannière de la France  dans les concours internationaux où le monde entier était représenté ; que les autres à leur tour se disputent entre eux la palme, lui n'a plus à la gagner.

 

Disons quelques mots de M. Alphonse Piver et de ses nombreux établissements.

  Cette maison fondée en 1774 sous l'enseigne de la Reine des Fleurs qu'elle a adoptée pour marque de fabrique, a toujours conservé la raison commerciale L.T. PIVER  et est resté la propriété exclusive de la même famille. M. Alphonse Piver, son chef actuel, en prit en 1837 la direction et en 1844 la propriété. C'est lui principalement qui l'a amenée au point de splendeur qu'elle occupe aujourd'hui.

 

MAISON CENTRALE BOULEVARD STRASBOURG.jpg

 

 

M. Alphonse Piver est, sans contredit, un de ceux qui ont fait faire les plus grands progrès à la parfumerie. Quand il ne trouve pas sous la main un procédé connu pour atteindre un résultat, il invente ce procédé. Citons un exemple au milieu de cent que nous pourrions prendre.

On n'avait pu, jusqu'à lui, obtenir  des savons transparents entièrement incolores ; une teinte  brune ou jaunâtre plus ou moins foncée détruisait toujours la plus grande partie de leur transparence. Il était de plus impossible de les colorer artificiellement d'une manière satisfaisante sans les rendre opaques. Eh bien, nous avons vu chez M. Piver, des sapophanes solides ou mous, d'une complète transparence, et leur saponification est si complète, les principes alcalins sont si bien neutralisés qu'on a pu, pour les colorer, employer les couleurs les plus délicates sans les altérer en rien. Les sapophanes ont l'apparence de la gelée la mieux réussie ; employés pour la barbe, ils donnent une mousse abondante et ne se mettent jamais en grumeaux, comme cela arrive aux crèmes de savon préparées à la potasse par les procédés ordinaires.

 

L'iris, l'iris de Florence surtout, a toujours été très employé en parfumerie. La racine de cette plante renferme, on le sait, une huile essentielle volatile à odeur de violette, une matière colorante jaune, de l'amidon, de la gomme, et une huile fixe très-colorée très-âcre qu'on élimine avec grand soin. M. Piver incorpore aujourd'hui les principes salutaires dans tous ses cosmétiques solides, mous, liquides, et en a fait une branche spéciale, connue dans le commerce sou le nom de Parfumerie spéciale à base de lait d'iris, et dont l'action à la fois styptique et rafraîchissante qu'elle exerce sur la peau la fait rechercher de tous ceux  qui la connaissent.

Les savons au suc de laitue, reconnus comme si supérieurs, sont également de l'invention de cette maison, et n'ont pu pendant longtemps être trouvés que chez elle.

Mr Piver ne fait rien faire au dehors ; depuis les produits les plus délicats qui sont du ressort de la chimie, jusqu'aux simples boîtes qui sont l'oeuvre du cartonnier, tout se fait dans ses usines.

USINE DE LA VILLETTE.jpgUSINE A GRASSE.jpg
En dehors de son usine du boulevard de Strasbourg, n°10, M. Piver en a deux autres : à la Villette et à Grasse. Il possède des maisons à Londres, 460 Regent-street, et à Bruxelles. A Paris, il a cinq succursales dans les quartiers les plus élégants et les plus considérables.

 

BOULEVARD DES ITALIENS.JPGBOULEVARD POISSONNIERE.jpg



 

 

 

 

 

 

 

PLACE DE LA BOURSE.jpgPLACE VENDOME.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La part qu'il fournit à l'exportation française s'élève chaque année à plus de deux millions de francs.

 

RUE DE LA CHAUSSEE D ANTIN.jpg

 

MAXIME VAUVERT.

  

 


 

325

LE MONDE ILLUSTRE 

 LT PIVIVER  LE MONDE ILLUSTRE.jpg

 

 



15/01/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres