Les Grandes Industries - La Parfumerie ED. PINAUD - 1870

 

 

26 mars 1870.                                        LA VIE PARISIENNE                                           255

 

 

LA NOUVELLE MAISON DE PARFUMERIE DE MM. PINAUD ET MEYER

 

La Corbeille fleurie, après avoir si longtemps répandu ses suaves émanations dans un quartier industriel et populaire, s'est mise à émigrer, la coquette, au boulevard de Strasbourg, n° 37.

 PINAUD 2.jpg

MM. Pinaud et Meyer l'ont transférée dans un logis princier, digne de contenir ses parfums et ses talismans de beauté.

 

 L'ornementation en est sobre, mais d'un goût exquis.Luxe et simplicité, les savants parfumeurs ont résumé ces deux qualités dans leurs nouveaux magasins. Pas de dorure, mais une élégance sérieuse, d'un aspect grandiose. Les boiseries des rayons sont en chêne clair agrémenté de filets fantaisie d'acajou. Les panneaux qui recouvrent les produits de la parfumerie sont originalement découpés et couronnés, ça et là, par des vases gracieux également en chêne, aux anses d'acajou, ou surmontés de pommes de pin artistement fouillées. Ces ciselures, ces sculptures en bois sont inspirées par la plus capricieuse fantaisie.

 

 PINAUD 1.jpg

La coquette dont il faut flatter les goûts délicats et les impressions sensitive sera heureuse de trouver dans un tel palais les compositions qui doivent renouveler sa beauté et perpétuer sa jeunesse.

 

PINAUD 3.jpg

La violette de Parme, qui s'incarne si souvent dans la parfumerie de MM. Pinaud et Meyer, possède maintenant une résidence de reine bien capable de lui faire oublier la mousse, son premier berceau.

 

NON SIGNE


 

LES GRANDES INDUSTRIES DE FRANCE

 

PINAUD.jpg



15/01/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres